ESP8266 – Le wifi enfin accessible sur Arduino 2

ESP8266 - Le wifi enfin accessible sur Arduino
Fin août dernier, je tombais sur cet article de hackaday.com qui titrais « New Chip Alert: The ESP8266 WiFi Module (It’s $5) ». Je n’y croyais pas du tout, 5$… 5$ tu as quoi ? un chip wifi sans rien du tout ? Nécéssitant alors de devoir soit prendre une stack comme celle ci (uip), mais non. Ca ne m’interresse pas du tout, ça rentre pas du tout dans un ATTiny aprés :/ Dans le même genre, on as ceci, mais voilà le prix surtout quand je pense que j’aimerais pouvoir ajouter des chip wifi sur tout et n’importe quoi, dans la même gamme de prix, on a ça aussi. Mais clairement, juste hors budget, surtout pour IoTiser une senseo… Budget : Senseo : 69 € Arduino : 20 € Shield wifi : 69 € Et pour ce prix là, ça fait que le café ! Mais revenons à l’ESP8266, j’avais du mal à y croire, mais deux jours aprés, j’en achetais 5 sur aliexpress.com pour faire un essai. Deux semaines plus tard, je les reçevais. Déjà premiére bonne nouvelle, ca a passé la douane sans taxe \o/ Ensuite, tout ne fut pas si rose que ça. Avec le datasheet en chinois, et sans savoir exactement quel firmware et quelle version j’avais entre les mains, je me rendais compte que ça n’allais pas être aussi simple que ça…. Je vous passe les détails sur le temps passer à chercher à le faire fonctionner. Mais j’y suis parvenu ! Mais comment ? Déjà ...

Cross-compilation pour Raspberry PI

En ayant marre de toujours galérer avec cette foutu compilation croisée pour Raspberry PI, j’ai décidé de faire mon « howto ». Le but est de mettre par écris ce que je fais à la main une bonne fois pour toute et que j’ai enfin trouvé une méthode rapide qui fonctionne ! Bref, la voici

J’adore cette pub !

J’aime beaucoup cette publicité là :

En passant sur le web

En passant sur le web
Quelques articles qui m’ont marqués ou qui ont retenu mon attention. Au programme, capteurs, reconnaissance de mouvement, et photos

Notifry – Faire son serveur perso 1

Notifry - Faire son serveur perso
Comme promis, mais avec du retard, voici ma version modifiée de notifry. Les modifications sont réellement mineures. Le plus dur fut d’en comprendre le fonctionnement. J’ai hébergé le tout sur Github, la license reste la même. Pour modifier le code source de Notifry afin de s’en faire une version personnelle, voici la marche à suivre.

Pendant ce temps là sur le Web

Quand on ne taff pas, on a du temps. Je l’emploi à différentes choses, entre mes parties de Starcraft 2, où je me rend compte que je me fais vieux pour les jeux vidéo (comprendre, je n’ai plus la réactivité d’antan) . Je chasse aussi tout les matins les briquets que mon chat m’a encore piqué… Et depuis peu, je regarde des vidéos alakon ! Une m’as fait bien rire (ceux qui me connaissent savent que je ne souris que très rarement devant un écran)

Aurevoir Notifry :’( 2

Il y à quelques jours j’ai reçu un mail de la part du mainteneur du projet Notifry. Il annonçait qu’il n’avait plus le temps pour continuer à maintenir Notifry et son infrastructure, et qu’il arrêterait le service le 6 Juin. C’est une bien mauvaise nouvelle pour moi car toutes mes notifications de mes différents applications/montages/etc reposaient dessus. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un couple d’application web et Android pour l’envois de notification sur nos smartphones Android. Ainsi une application ou une centrale domotique peut envoyer des notifications directement sur nos appareils Android. Il existe des alternatives comme Notify My Android, mais il est payant (ce qui se comprend). Néanmoins comme j’adore toucher à tout, je me suis mis en tête de reprendre le code source de Notifry, de faire les mises à jours nécessaires à son fonctionnement, me lancer un version personnelle pour voir comment ça tourne, et peut être soyons fou de permettre à tout le monde de l’utiliser, en mettant l’application sur le Play Store, etc… J’ai donc commencer à reprendre le code source, la première étape fut de le mettre à jour vers la nouvelle infrastructure des notifications de Google. Le Google Cloud Messaging, chose que je viens de finir à l’instant. Je dois encore faire passer l’application web du service vers la version 2.7 de Python, j’espère ne pas en avoir pour trop longtemps. Sachant que le plus dur n’est pas tant la complexité de l’application, mais plutôt le fait de rentrer dans un code qui ne m’appartient pas. Heureusement qu’il ...

Infrarouge, et mon premier montage « presque » propre

Infrarouge, et mon premier montage
Dans mon dernier billet, je disais que j’avais remplacé mon ancienne machine par une plus récente. Mon ancienne machine est devenue mon nouveau PC de salon, chez moi comme chez Lavoisier, rien ne se crée tout se transforme ! Elle a beau être une veille machine dans le sens qu’elle a déjà 5 ans (date à laquelle je l’ai achetée), et que les composants à cet époque avais déjà 1 voir 2 années d’existence sur le marché, elle n’en demeure pas une bonne machine. Surtout pour décoder quelques « films de vacances » en 1080p (heureusement qu’elle est aidée par la carte graphique hein) Du coup depuis son passage de machine de bureau vers pc se salon, elle remplie trés bien son rôle. Elle remplace une autre machine certes beaucoup plus petite, mais beaucoup moins puissante, mon raspberry. Ce qui m’a motivé dans son remplacement, est que j’étais parvenu à le pousser dans ses retranchements lors de lecture de certains films en 1080p avec bande son en DTS. C’était saccadé, donc désagréable au visionnage.  D’ailleurs au niveau du son, comme j’ai une installation audio qui date un peu, mon ampli A/V n’est pas capable de récupérer la bande son qui sortait du HDMI pour faire son boulot et l’envoyer sur les enceintes. Ça lui est impossible car il n’est pas HDCP, du coup je dois lui envoyer le son soit avec un jack (daniel’s) soit par SPDIF. Fin bref, je m’égare. Sur cette nouvelle ancienne machine, j’ai la sortie SPDIF quivabien, et l’HDMI aussi. Sauf que, bah oui, y’a ...

Changement de matériel, Windows 8, anonymous, et fin du monde

Changement de matériel, Windows 8, anonymous, et fin du monde
Étonnant de commencer un article comme ça, n’est ce pas ? En effet, en ce moment, j’ai des idées mais il me manque le carburant pour avancer sur les différents projets que : « j’ai en tête, cahierdeschargisés, ou commencer à coder » Du coup, c’est un peu le bordel chez moi. Entre mon chat qui me vole un briquet par nuit. J’en suis a 5 de disparu en 5 nuits, je commence à croire qu’il prépare un attentat contre ma personne (Mode paranoïa). Je me demande ce qu’il peut fabriquer avec 5 briquets qu’il ne pourrait pas faire avec un seul, mais passons… Donc entre les disparitions nocturnes de mes briquets et l’amoncellement de carton d’emballage de matériel neuf, c’est le bordel dans mon appartement. D’ailleurs cette semaine, j’ai sauté le pas, j’ai remplacé ma vénérable machine qui m’a fidèlement servie durant 5 ans, par une neuve. Rien d’extraordinaire, excepté qu’elle fait les choses beaucoup beaucoup plus vite maintenant. Plus besoin de m’allumer une clope pour attendre la fin d’une compilation ou d’un test. Du coup, je fume moins, et je bois moins de café. Quand j’allumais l’ancienne machine, j’avais le temps d’aller me faire bouillir de l’eau et de me préparer mon infâme café instantané (que j’adore) et de dire tout haut après m’être brûlé une énième fois la langue « Mais quel boulet ». A part qu’elle pédale plus vite que toutes les machines que j’ai pu avoir entre les mains (pourtant c’est pas un monstre de puissance) ça reste une machine. J’espère qu’elle me tiendra plusieurs années d’ailleurs, 5 ans est le bon ...

Les protocoles de communication et la domotique, la théorie 1

Les protocoles de communication et la domotique, la théorie
Cherchant actuellement une solution pour connecter ma Tassimo et la faire entrer dans le monde de l’IoT ( Internet of Things), je me suis donné comme objectif de partir de 0 ! Pourquoi repartir de 0 ? Pour apprendre et comprendre comment les périphériques informatiques communiquent entre eux. Je connais la théorie, mais en pratique je n’ai pas encore vu le signal physique d’une communication réseau sur l’écran d’un oscilloscope.